Renaud de Hurlevent

Sur le parvis

0
(0)

Je dormais sur le parvis
Torché-mort je ne sais pas
Mon ivresse c’est ma vie
Et ma vie c’est mon trépas

Soudain de puissantes lumières
Mettent le feu à la nuit
Une armée en temps de guerre
Et une atmosphère de suie

je dresse mon cou d’affamé
De mec ivre et anémié
Mais je me fais rétamer
Par une chaussure de pompier

Le feu est à Notre-Dame !
Il va cramer, mon gourbi !
Avec lui le macadam
Dont mon dos s’était fourbi

Vont peut-être me reloger
Paris est riche de parvis
Je ne veux pas déranger
Je retourne au Kiravi

Renaud de Hurlevent.

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest