Renaud de Hurlevent

J’écris un poème

0
(0)

Les oiseaux se taisent
Dans les arbres morts
Où des ombres baisent
Rongées de remords

Les chiens sont fourbus
Les ventres à terre
Les paroles bues
Aux lèvres amères

Les paupières si lourdes
Telles des balluchons
Des outres et des gourdes
Et des tire-bouchons

Les sommeils sont rouges
Vies chauffées à blanc
Dans les tristes bouges
De nos faux-semblants

Les matins si gris
Les soleils si blêmes
Je suis vert-aigri
J’écris un poème

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest