Renaud de Hurlevent

On s’en foutait

0
(0)

De toutes les voix du poste
Les vieux et leurs querelles
Les retards de la poste
La recette des quenelles

L’école et ses marelles
Les petits mondes griffus
Les grands, les maternelles
C’était bien trop touffu

On bousillait nos fringues
Aux nez et puis aux barbes
Nous on faisait du gringue
A la belle de Tarbes

On tombait amoureux
Même si les grands parlaient
Nos corps étaient joyeux
Nos oreilles écoutaient

Notre âme était ailleurs
Car elle avait des ailes
On était migrateur
Dans un autre réel

On rêvait d’absolu
Avec nos pieds-de-nez
Hors des sentiers battus
Loin de vos cheminées

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest