Renaud de Hurlevent

Le marchand de sel

0
(0)

Le Marchand de Sel est passé
Dans son costume de pépites
Les cheminées étaient cassées
Et sa mine était déconfite

Les hommes avaient perdu le feu
Depuis les âtres connectées
Les bûches virtuelles c’est mieux
Pour les moutons emoquettés

Les hommes avaient perdu la foi
En eux pour tous les pseudo-dieux
Bardés de prophètes et de lois
Des discours qui font aller mieux

Un savant fou à la fenêtre
Un scientologue, un scientifique
Brandissait sa haine des peut-être
Et sa mine était fatidique

Le Marchand de Sel est parti
Comme un sans-rôle, un suicidé
Est-ce un bienfait ou une folie
Je vous laisserai en décider

Renaud de Hurlevent.

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest