Renaud de Hurlevent

Valoche

0
(0)

Valoche

Plus je vieillis, plus tu maigris
Ton cuir est dur d’instants tannés
Tes boucles d’or nuancent le gris
De tes couleurs un peu fanées

Mais tu n’es jamais bien trop loin
Ta poignée à portée de main 
Tapie dans l’ombre de mes coins
Usée complice de mon humain

Dans le filet des trains de nuit
A l’époque des compartiments
Des rideaux fermés vers minuit
Des alcôves avec des amants

Sur les tarmacs en fusion
Au judas des hôtels borgnes
Dans les peines, les effusions
D’ici ou de Catalogne

Valoche mon amie
Les livres de ton ventre
Sont les origamis
Des ondes de mon centre

Quelques blocs et poèmes
Des photos en papier
Les graines que je sème
Sous les pas de mes pieds

Valoche ma copine
J’ai tant changé de toi
Bleu nuit ou mandarine
Jamais ne t’apitoies

Valoche ma jolie
Il reste des chemins
Des femmes avec des lits
Des routes avec des mains

Renaud de Hurlevent.

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest