Renaud de Hurlevent

Doudou !

0
(0)

C’est le digne descendant
D’une dynastie de doudous
Son ancêtre avant mes dents
Venait m’embrasser le cou

Il fleure bon les vieilles routes
Les mille et un trains de nuit
L’eau de vie avec les gouttes
Des comptoirs striés de pluie

Il a vu la mort mille fois
Sur les trottoirs de Bombay
S’est perdu au fond des bois
Dans les vallées du Tibet

Il pue moi et mes poches
Il est crade comme l’enfer
Tout difforme et tout moche
Mais doux comme un repère

Il a échappé aux meufs
Avec ses airs de dépravé
Elles voulaient lui faire la teuf
Dans leur machine à laver

Et si ma maison crame
Quand j’ai sauvé le chat
Copain des macadams
Je ne t’oublierai pas.

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest