Renaud de Hurlevent

Eclair volé

4
(1)

L’éclair d’une rencontre
Deux esquifs qui se croisent
Hors des routes de la montre
Et de leurs vies narquoises

Deux regards qui s’échangent
Le temps d’une étincelle
Deux brasiers qui se vengent
Des solitudes cruelles

Une impression bizarre
Que tout était voulu
Et que meure le hasard
Aux flammes de l’inconnu

C’est fort puisque c’est court
Mais on veut jouer le jeu
Ça ressemble à l’amour
Ça peut pas être vieux…

Ça restera gravé
Dans notre parchemin
Le temps ne peut laver
Ce que le feu a peint

Renaud de Hurlevent.

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 4 / 5. Votes : 1

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest