Renaud de Hurlevent

Hommage à Saint Claude

0
(0)

Dans les brumes ondoyantes d’un été canicule
Sur le fil de l’eau bleue j’étais un funambule
L’Espagne somnolait comme une bête assoupie
Dont la mâchoire de feu nous mordait sans répit

Lorsque ton ombre nue a masqué le soleil
Que tu m’es apparue dans ton simple appareil
Une fleur étoilée dans mon champ de vision
Des pétales de feu dans mon sang en fusion

Mes yeux ont divagué sur tes courbes affolantes
Les idées de folie d’une envie galopante
Qui s’est dressée pour voir le spectacle divin
De ton corps arrogant et sûr de son certain

Tu m’as offert ta bouche comme un rouge kiwi
Quand j’ai saisi l’offrande j’étais déjà parti
Dans les rêves de Toi dont je ne peux ici
Peindre tous les détails sous peine d’être maudit

Tu as sauté dans l’onde que j’avais rendue chaude
Et joué sur ma flûte un hommage à Saint Claude
Ne comptez pas sur moi pour raconter ici
Comment tu dégustas ma liqueur d’eau de vie…

Renaud de Hurlevent.

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest