Renaud de Hurlevent

Le petit garçon

0
(0)

Il s’est posé sur ma vie
Comme un papillon de nuit
Veille de Noël, un ciel gris
Un pavillon sous la pluie

Il était un peu perdu
Les grands l’avaient égaré
Dans les méandres tordus
Des effusions surannées

Je lui ai dit bienvenue
Il m’a à peine salué
Alors d’un air entendu
J’ai montré la cheminée

Voudrais-tu faire un bon feu
Le fond de l’air est frisquet
Ça réchaufferait un peu
Je te prête mon briquet

Son visage s’est éclairé
Aide-moi porte une bûche
C’est toi qui vas l’allumer
Je te prête mes paluches

Puis la faim a fait sortir
Petit loup de son grand lit
Un matin et un sourire
Crayon de lait sur ma vie

Un silence de magicien
Le temps qui s’est suspendu
Les mots qui ne disent rien
Dans les regards éperdus

Au printemps ce papillon
S’est posé sur mon histoire
Léger doux comme un frisson
Un sillon dans ma mémoire

Dans le fond de tes prunelles
Mes abîmes de réflexions
Il n’est rien de plus rebelle
Que dépasser sa raison.

Renaud de Hurlevent.

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest