Renaud de Hurlevent

Ma petite Lou

5
(1)

Le sable semblait hésitant
Se dérober ou bien lécher
Tes jolis pieds si alléchants
Petits novices du marcher

Tu funambules sur les grains
Les yeux sur ta ligne d’horizon
Tu tentes mais parfois en vain
De garder la voie de raison

La mer murmure des mots vagues
Elle est quand-même un peu confuse
Tes petits doigts et puis tes bagues
De lumière d’algues un peu diffuse

La main du vent dans tes cheveux
T’ébouriffe de sa joie mouillée
Avec ses jaunes mêlés de bleus
La plage s’est agenouillée

Toi tu dessines un arc-en-rire
Et tu barbouilles le soleil
Étonné de voir accourir
Ce tout petit bout de merveille

Tu te retournes et tu me dis
De ton regard sans mots
Comment elle est jolie la vie
Vue des yeux d’un oiseau…

Renaud de Hurlevent.

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 5 / 5. Votes : 1

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest