Renaud de Hurlevent

Mâchoire de nuit

0
(0)

L’aube a le soleil lourd
C’est au tour de la nuit
De régner sur le jour
Dont l’avenir s’enfuit

A mes pieds endormie
La ville clignote encore
De ses feux démunis
En l’absence d’aurore

Seul le cri des sirènes
Résonne aux corridors
La mort vit dans les veines
De l’envers du décor

Le silence des sommeils
Les cerveaux en répit
Je voudrais faire pareil
Mais je pleure de dépit

Le manège va ouvrir
Ses bouches et ses portes
Les métros vont offrir
Leurs blafardes aortes

Le train-train et les rails
Toutes ces fatigues vaines
Les âmes qui défaillent
Dans les gouffres de haine

Les spirales infernales
Pour nos fétus de paille
La mâchoires des squales
Refermées sur mes failles

Renaud de Hurlevent,

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest