Renaud de Hurlevent

Rues de mes veines

0
(0)

Les rues de mes veines

Bleui au froid de nos absences
J’ai revêtu ma bipolaire
La couverture par excellence
Cerveau gelé et nez en l’air

J’ignore comment apprivoiser
Le produit de mes existences
J’aimerais pourtant pavoiser
Grisé de vie et d’insouciance

Noirci à la pluie des silences
J’ai déplié mon parano
Pas trop certain de l’efficience
La panoplie du docteur No

J’ignore aussi ça fait beaucoup
T’écouter quand tu ne dis rien
Les yeux fermés derrière le loup
Qui masque mon regard de chien

Blanchies à la chaux verglacée
De notre vie effilochée
Les étoiles mortes ramassées
Notre chemin en est jonché

J’ai pris palette et paletot
J’ai dessiné un arc-en-peine
Sur mon fiel gris et d’un salto
J’ai rejoint les rues de mes veines.

Renaud de Hurlevent.

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest