Renaud de Hurlevent

Aurore

0
(0)

Tempête de lumières
Caracole aux nues
Pulsent mes paupières
De lux inconnus…

Je sors je suis nu
Plantes dans la neige
Troublé ingénu
Face au sortilège

Le ciel se drapait de feux
Irradiant les terres
On aurait dit des cheveux
Ébouriffés d’atmosphères

Dans mon corps de glace
Aux yeux dans le vent
Je suivais les traces
Des flux émouvants

La nuit s’était tue
Aux cris du soleil
Moi j’étais têtu
D’un simple appareil.

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest