Renaud de Hurlevent

Confinement

0
(0)

Enfermons-nous à double tour
Dans notre chambre aux étoiles
Les chiens hurlent dans la cour
On se met nus dans les voiles

Le silence de nos peaux
Dans nos pores qui s’accostent
Hisse tous nos drapeaux
Comme des avant-postes

Mais mains bien entendu
Échappent à mon contrôle
Que l’homme est convenu
Quand il fait gaudriole !

Donc le long du chemin
Qui conduit à ta chute
Je me prends, quel gredin
A rêver de turluttes

Évidemment mes pulpes
S’égarent entre tes lobes
Je ne bats pas ma culpe
Je masse ton épilobe

Et toi comme un miracle
Ne vient rien contrarier
Je ne suis pas oracle
Mais je l’aurais parié

Je n’irai pas plus loin
Dans ce confinement
Je vous laisse le soin
D’imaginer comment.

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest