Renaud de Hurlevent

Cris de louve

0
(0)

Dans les lacs trop sombres de tes yeux moirés
Des éclats de pénombre, des tenues de soirée
Et tout l’origami de tes pulsions rebelles
Qui déplie ses frissons le long de mon échelle

Dans l’amande douceur du sourire narquois
Il plane un trait d’humour envolé du carquois
La flèche qui se fiche en mon corps haletant
Me dit que tu te fiches de mes émois brûlants

Dans la moue en recoin du regard si farouche
Se jouent de loin en loin les éclairs de ta bouche
Avide de langueurs, de morsures, d’escarmouches
Ta fleur est carnivore et je suis une mouche

Dans le cri de la louve qui jouit assoiffée
La liberté te couve de ses ailes de fées
Et les ombres de toi comme ultimes refuges
Ne sont que passe-droits de tous tes subterfuges

Dans ce corps tout offert et qui ne compte pas
Les griffes sont de fer pour qui oublierait là
Que tu sais te donner mais aussi te reprendre
Rien n’est jamais gagné, c’est à moi de l’apprendre.

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest