Renaud de Hurlevent

La vague

0
(0)

Elle est née au fond des bas-fonds 
Du fœtus de l’espèce humaine
Nourrie de morts, gonflée de haines, 
Elle s’approche avec son grand front. 

Aveugle et sourde comme Nous
Inexorables rouleaux fous
Les animaux s’éteignent
Dans les bogues de châtaignes

Il restera de Nous, parasites stériles
Un océan malade qui vomit sur ses îles
La langue de Gaïa lavera ses blessures
Les miasmes évidemment n’auront pas de futur.

Renaud de Hurlevent.

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest