Renaud de Hurlevent

Maman

0
(0)

Maman je réalise à l’aube de ton envol
A quel point je te dois la folie d’être fou
De voir une défaite comme une faribole
Mon cheval est magique au manège des loups

Maman si tu savais comment je te sais gré
De m’avoir épargné les parcours balisés
Je pendais à ta gueule c’était sans simagrées
Tu étais une louve qu’on avait trop baisée

Merci des inscriptions aux écoles buissonnières
Tous les déraillements de ces voies de garages
J’ai préféré cent fois me vautrer dans l’ornière
Que m’avait préparée le nouveau paysage

Je n’aurais pas voulu que tu ne sois pas dingue
Surtout pas les manteaux censés me protéger
J’ai préféré à poil sur ma peau de cradingue
L’ignorance est une chance si on voyage léger

Maman un dernier mot te dire que le flambeau
De la foi envers soi est transmis à ma fille
Tu nous verrais tout deux je te jure qu’on est beaux
Maman envole-toi et gare aux escarbilles

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest