Renaud de Hurlevent

Ombre chinoise

0
(0)

Paravent diaphane
Aile de papillon
Opale hydrophane
Rouges vermillon

Courbes de lumières
Transparence floue
Plissent mes paupières
Ventre qui se noue

Chaque mouvement
Silhouette ondule
Suggère tellement
Que moi je fabule

Flot d’images folles
Vogue mon cerveau
Mes sens s’affolent
Boussole de peau

Ta nudité joue
En ombres chinoises
La proie et le loup
En version grivoise

Paroi de papier
Mur des tentations
Je suis fou et lié
Dans l’irradiation

Que ton corps suscite
Dans ce clair-obscur
Où je me délite
Dans un désir pur.

Renaud de Hurlevent.

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest