Renaud de Hurlevent

Pôle express

0
(0)

Je descendais du pôle express
Je n’avais pas trouvé d’emploi
Soufflait un petit vent d’effroi
Quelques effluves de détresse

Les rues givrées étincelaient
De saumons, de marrons glacés
Moi j’ai enfilé Jean Macé
Dans les vitrines Jésus dormait

Un Père Noël tout démoli
M’a quémandé une pilette
Il éructait que c’était fête
Pour Nicolas et Kiravi

Comme je ne suis ni l’un ni l’autre
Je lui tends mon ticket resto
Pour un réveillon chez Mac Do
Il pose une gerbe et il se vautre

Des trésors de hotte s’exhument
Un vieux sac et une couverture
Pour se protéger des morsures
Des rennes affamés je présume

Pauvre bonhomme privé de liesse
Qui crève là devant sa crèche
Sans bœuf ni âme juste la dèche
Je descendais du pôle express

Renaud de Hurlevent.

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest