Renaud de Hurlevent

Pont Charles (Prague)

0
(0)

Le soleil tire sa révérence
Barbouillant les nuages
D’orangers en partance
De mauves en effeuillages

Le temps figé du sablier
S’écoule dans la Vlatva
Les siècles ont oublié
De laver les canevas

Les pavés que je foule
Sur ton dos immortel
Le frisson qui s’enroule
Pour te rouler des pelles

La mémoire palpitante
Avec des sens partout
Intacte et galopante
Dans ma tête de fou

D’une cape cloutée
La nuit étoile ta bouche
Le ciel s’est voûté
Notre amour est farouche…

Renaud de Hurlevent,

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest