Renaud de Hurlevent

Prisonnier

0
(0)

Ce poème depuis ma cellule 
Je vous l’envoie par libellule 
C’est ma seule et dernière amie 
Renvoyez-la lecture finie 

Je voudrais par ces quelques mots 
Vous raconter ma drôle de vie 
De l’autre côté des barreaux 
Dans cet univers si petit 

D’abord la course du soleil 
Qui se dessine en pointillé
Avec les odeurs, les abeilles 
Chaque saison est un billet

Debout seul devant la fenêtre 
Je passe des heures à regarder 
La vie la rue les chiens les êtres 
Puis la nuit tombe tout manger 

Une heure par jour c’est la récré 
Bouffée d’air frais et amitiés 
Parler bouger et puis parler 
Oublier ça, faire des projets 

Le mardi soir c’est le parloir 
Des gens normaux et de l’avoir 
Mais personne vient jamais me voir 
Je suis la honte de leurs espoirs 

Cette violence sourde et larvée 
Que je ressens à chaque moment 
Elle me hérisse, dresse mes pensées 
Sur le qui-vive à chaque instant 

Tous les deux jours c’est la douche 
Et la notre est très réputée 
Tu as un trou tu te le bouches 
Et tu oublies tes vérités

J’ai de la chance mon cul est moche 
Ou des yeux méchants ça y fait 
Mais personne n’a tenté d’approche 
Pour déflorer ma dignité 

Quand il faut gagner des euros 
Je fais de tout petits boulots 
Pas de risque qu’on s’améliore trop 
Ca pourrait être fait par un veau 

En vrai je ne veux pas me plaindre 
J’ai mérité d’être ici bas 
Ça sert pas à grand chose de geindre 
Ça m’évadera pas de tout ça 

Alors je termine mon poème 
Sur une note très optimiste 
Les matons, véritables crèmes 
Ont fait que mon PC existe…

Renaud de Hurlevent.

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest