Renaud de Hurlevent

Sur le banc

0
(0)

Elle est là sur le banc
De ce square de printemps
Un bouquin dans les mains
Un sourire dans le coin

De sa bouche amusée
Par mes approches rusées
Visible comme un pou 
Sur une tête de roux

Peut-être que je délire
Que son livre fait rire
Qu’elle n’a pas remarqué
Mon manège de Mickey

Six mois que je promène
Rimbaud avec Verlaine
Dans les cris si heureux
Des silences d’amoureux

Son aura est solaire
La mienne est solitaire
Sauront-elles s’attirer
Sans nos humains surfaits ?

J’ai posé Paul et Arthur
Petits grains vers le futur
Pages cornées comme clins
D’une vision pour deux mains

Je ne suis plus revenu
Au square de l’été venu
Mon absence fut-elle perçue
S’en est elle même aperçue ?

Un coup de téléphone
Sur mes tympans aphones
Le rébus de mon numéro
N’a pas résisté à Caro

Rendez-vous à Rome
J’ai déjà l’arôme
De nos grains de peau
Sous nos oripeaux

Le suite est confidentielle
Voire un peu superficielle
Par rapport à vos sérieux
De penser à vous trop vieux.

Renaud de Hurlevent.

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest