Renaud de Hurlevent

Un homme me suit

0
(0)

Un homme que la fée blesse
transforme en mutin gris
derrière une forteresse
dont les murs sont aigris

Un homme que la vie tue
à petit feu d’embûches
des tristesses impromptues
des ballons de baudruche

Un homme que la mort prend
au sortir du berceau
par les mains de parents
déjà dans un tombeau

Un homme que les autres
ont placé sur des rails
avec des gueules d’apôtres
et des rires de canailles

Un homme que les pouvoirs
surtout les usurpés
terrorisent dans le noir
de ses réalités

Un homme que le temps
avale comme un fétu
des matins trop latents
et des soirs courbatus

Un homme que la vie perd
par la morsure des jours
il me veut, il m’espère
dans son compte à rebours

Au détour d’un poème
j’ai semé le suiveur
Un chemin de bohème
j’ai suivi le semeur

Renaud de Hurlevent.

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest