Renaud de Hurlevent

Un mot de E.T

0
(0)

Les poubelles dans l’espace
Les drapeaux sur la lune
Les satellites carcasses
Les nucléaires lagunes

Les ondes voyageuses
Ont porté jusqu’à lui
Pénard sur Bételgeuse
Nos fureurs et nos cris

Avec les sages réunis
Ils ont scruté les deux mille ans
Qui mènent la terre à l’agonie
Le couperet tomba, coupant : 

Ils vivaient dans le paradis
Ils en ont inventé un faux
Du vrai ils ont fait un taudis
Et l’ont pourri de tous les maux

Ils ont eu de multiples chances
Et plusieurs civilisations
Mais l’avidité, la démence
Sont leurs moteurs à intentions

Ils sont en route vers le néant
La souffrance domine leur monde
Mais leur planète est un géant
Qui balaiera ses tiques immondes

Renaud de Hurlevent.

Aimez-vous ce poème ?

Cliquez sur les étoiles pour noter ce poème

Moyenne des votes 0 / 5. Votes : 0

Ce poème n'a pas encore été noté. Soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest